Atelier National de la 12ème Revue Sectorielle Conjointe du Secteur Agricole

Le Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), a servi de cadre le lundi 30 Mai 2022, à l’atelier national de la 12ème Revue Sectorielle Conjointe du Secteur Agricole.

La cérémonie d’ouverture de cette rencontre de deux jours, était présidée par le ministre du Développement rural M. Modibo KEITA. On notait également la présence du ministre délégué auprès du ministre du développement rural, chargé de l’Elevage et de la Pêche M. Youba BA ; des conseillers techniques et des chargés de mission du département rural ; du président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM) M. Sanoussi Bouya SYLLA et des représentants des Organisations Professionnelles Agricoles.

Cet atelier de deux jours, a réuni Etat-Profession Agricole et Partenaires techniques et financiers, en vue de faire le point de la situation du secteur agricole, et analyser les perspectives d’évolution de façon participative en vue d’une meilleure connaissance du secteur agricole.

Il constitue donc un espace de dialogue et de concertation entre les différents acteurs du secteur du développement rural, organisé par la cellule de planification des statistiques du développement rural (CPS-SDR).

Le ministre du Développement Rural s’est réjoui de cette 12ème revue Sectorielle conjointe du Secteur Agricole. Pour lui, cette revue sectorielle qui regroupe tous les acteurs du secteur rural constitue un cadre privilégié d’échanges et de réflexions stratégiques sur l’état de santé du secteur du développement rural, l’un des principaux piliers  de l’économie de notre pays.

« La revue sectorielle a pour objectifs de faire la photographie, le diagnostic du secteur agricole de l’année N -1 et de formuler des propositions et recommandations pertinentes en vue d’améliorer les performances pour les prochaines années » a rappelé le ministre M. Modibo KEITA. Puis de poursuivre « le secteur du développement rural recèle d’importantes potentialités, notamment les terres, les ressources humaines, animales, halieutiques et aquacoles qui lui permettront de contribuer efficacement au développement économique, social de notre pays ».

Par ailleurs, le patron du monde rural a souligné qu’au regard de nos grandes potentialités agricoles, et conscientes d’assurer le bienêtre des maliens, le secteur agricole reste au cœur des occupations des plus hautes autorités de notre pays. Eu Egard à ces réalités, le ministre a indiqué que d’importants efforts ont été déployés  pour doter le secteur d’outils novateurs destinés à renforcer la capacité pour l’atteinte des objectifs de développement qui sont assignés par le gouvernement.

« Au terme de l’évaluation du 3ème rapport biennal et suivi de mise en œuvre de la déclaration de Malabo, le Mali a été classé 3ème après le Rwanda et le Maroc au titre des pays ayant un secteur agricole permanent au niveau du continent » a déclaré le ministre du développement rural et a exprimé toute sa satisfaction et sa fierté.

 « 1er en Afrique de l’Ouest notre pays figure sur la liste des pays considérés  capables d’atteindre les engagements de Malabo d’ici 2025 »  s’est félicité le chef du département rural.

Selon le ministre du développement rural, la contribution du secteur agricole à l’économie nationale  et à la stabilité sociale du pays est d’importance capitale, et cela se traduit par les créations d’emplois, et d’activités génératrices de revenus, la sécurité alimentaire et nutritionnelle du cadre de vie de la population et de la lutte contre la pauvreté.

« Le Président de la République, le Chef de l’Etat, le Colonel Assimi GOITA et le Premier ministre, Chef du gouvernement, Dr Choguel Kokalla MAIGA ne ménagent aucun effort pour que le secteur agricole puisse jouer le rôle qui lui revient dans l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour parvenir à la souveraineté alimentaire indispensable à notre vraie indépendance » a conclu en ces termes le numéro un du département rural.

Le directeur de la CPS-SDR M. Balla KEITA a, en ce qui le concerne, expliqué que cette 12ème revue sectorielle conjointe est placée sous le signe des reformes dans la mise en œuvre de la Loi d’Orientation Agricole (LOA). Il a mis l’accent sur les performances qui ont été faites au niveau du secteur par les différentes structures. Pour lui, durant ces 02 jours de travaux, il s’agira de poser les jalons de réforme obtenus déjà, avec les recommandations du conseil national de l’agriculture (CSA) avec les différents cadres qui viennent d’être validés, notamment le cadre pour la refondation et le cadre pour la stabilisation du centre a laissé entendre le directeur de la CPS-SDR.

« Nous allons mettre des textes qui sont au niveau de la loi d’orientation agricole qui soient adoptés. Le plan Marshall qui se trouve aujourd’hui au niveau du secteur agricole, comme étant le vecteur premier de la transformation de l’agriculture dans notre pays » a indiqué grosso modo » le directeur de la CPS-SDR M. Balla KEITA.

Le Président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali M. Sanoussi Bouya SYLLA a, pour sa part, au nom de la profession agricole du Mali dans toute sa diversité, exprimé sa profonde reconnaissance aux partenaires d’accompagner les ressortissants du monde rural à travers le financement des projets et programmes. Il a vivement remercié le président de la transition pour son attention particulière en faveur du monde rural et de la profession agricole, notamment pour les engagements qu’il a tenus au CSA.

Le président de l’APCAM a signalé aussi que la revue conjointe du secteur du développement rural vise comme objectif de procéder à l’analyse critique de l’évolution des principaux indicateurs du développement rural afin d’obtenir la photocopie la plus exacte du secteur ; évolution des productions végétales, animales, horticole, halieutiques ; évolution de l’environnement  et d’en tirer des leçons ; faire la situation des ressources alliées au secteur du développement rural  et des dépenses ; réaliser une analyse critique de l’état d’exécution physique et financière des projets et programme ; identifier les principales contraintes  qui entravent leur mise en œuvre et de proposer les mesures  ou les solutions nécessaires  à améliorer leurs performances.

Pour le président de l’APCAM la présente revue sectorielle est l’occasion de faire des améliorations en vue d’une implication effective des acteurs de la profession agricole dans le suivi des projets et programmes car, précise-t-il, le suivi a pour objectif d’assurer la gestion efficace et efficiente des ressources et d’apporter éventuellement des mesures correctives nécessaires

                                                     Cellule de communication

 

RETOUR EN IMAGES